Pour t’aider dans ta démarche zéro déchet, tu peux suivre les 5R.

1) Refuser (refuse)

Il s’agit ici de refuser tout ce dont nous n’avons pas besoin, ce qui peut être dangereux pour notre planète et notre santé. Alors adieu à tous les produits suremballés (boîtes en carton, emballages individuels, …), adieu aux couverts jetables, aux sacs plastiques, aux pailles plastiques, aux rasoirs jetables et tant d’autres ! Prospectus, publicité, goodies, non merci ! Je pose un STOP PUB sur ma boîte aux lettres.

Bienvenue aux bocaux, aux sacs de course et aux sachets en tissu, aux tupperwares : le tout pour réduire les emballages. Et pour que tes courses ne deviennent pas un calvaire, fais ton choix en rayon prioritairement dans l’ordre qui suit :

  • le frais d’abord
  • le vrac ensuite
  • à la coupe à défaut, dans un contenant réutilisable ou recyclable (comme du verre ou du métal)

Attention, tout ce qui n’est pas recyclable est à fuir car se sont des emballages condamnés à l’incinérateur !

2) Réduire (reduce)

Il s’agit de se poser la question de ce qui est vraiment nécessaire à notre vie quotidienne dans l’optique de consommer moins, de réduire ce dont on a besoin et donc de gaspiller moins. Ceci est valable pour l’alimentation, l’énergie, mais également pour ce coup de cœur acheté récemment et qui repose finalement dans le placard. Pourquoi ne pas plutôt prendre soin de ses affaires et résister à l’envie d’acheter sur un coup de tête ?

Deux petites méthodes à tester : 

  1. Attendre une semaine ou deux avant d’acheter, et si tu as toujours besoin de ce produit après ça, c’est peut-être qu’il est utile. 
  2. Est-ce que tu transporterais ce produit jusqu’en haut d’une montagne ? Si la réponse est non, est-ce que ça ne serait pas juste de l’envie ?
3) Réutiliser (reuse)

Le neuf prend une telle place dans notre société qu’il est difficile d’échapper à sa criée (« Qui veut mon poisson ?! Il est beau, il est bon mon poisson ! ») : les appels à une consommation de la nouveauté ne manquent pas. Pour changer de dynamique, il suffit de réutiliser ce que l’on possède déjà (tout ce qui peut avoir une seconde vie : cartons, bocaux, sacs à vrac, sacs en tissu, …), et si tu as vraiment besoin d’acheter, il y a la seconde main. A toi l’originalité et les bonnes affaires. Cela pourrait bien ravir ton porte monnaie !

4) Recycler (recycle)

A la maison comme au travail, le tri sélectif peut devenir un réflexe. Pour autant, ce n’est pas une solution miracle à laquelle se remettre totalement (c’est bien un dernier recours). Aussi, pense à relire les consignes de tri en vigueur dans ton quartier et privilégie ce qui peut se recycler facilement (le verre, le métal, le carton, le papier, les cartouches d’encre, les bouchons). L’application Guide du tri du CITEO te géolocalise et te permet de connaître les consignes de tri et les points de collecte les plus proches de chez toi. 

5) Composter (rot)

Composter permet de réduire les déchets de cuisine et ceux du jardin. Avec un compost, plus besoin de se rendre à la déchetterie pour nos déchets verts (biodéchets, bois, feuilles, herbe). Il s’agit de trier tous ses déchets organiques et de leur permettre de se dégrader naturellement par la microfaune, les bactéries, les lombrics et les champignons. 

Depuis 2010, la Mairie de Paris mène une expérimentation et propose des composteurs et/ou lombricomposteurs collectifs en pied d’immeuble. La Mairie fournit gratuitement les composteurs et lombricomposteurs, forme les volontaires et assure le suivi du site par des maîtres-composteurs. Il existe aussi des composteurs de quartier gérés par des associations dans des jardins partagés. 

Toutes les informations et les documents nécessaires à la constitution des candidatures sont disponibles sur www.paris.fr (contact : dpe-compostage@paris.fr).

La ville de Nanterre propose des (lombri)composteurs individuels et collectifs, contre une participation symbolique. Pour plus d’informations, tu peux consulter son site internet ou appeler le 39 92 (attention, cela peut prendre un peu de temps…). Pour recevoir des conseils, jette un coup d’œil aux ateliers organisés par les jardins partagés, ou écris aux associations Naturellement Nanterre (nature.nanterre@free.fr) ou CestSiBio Jardins Solidaires (jeanpaul.bauret@free.fr). 

N’hésite pas à regarder ce que ta ville ou ton quartier propose comme solutions de compostage. Sinon tu peux sûrement en dénicher un ou en construire un par toi-même, à partir de palettes par exemple.

Ressources 
  • Petit guide du débrouillard Nanterre
  • Petit guide 0 déchet Paris